Une soirée américaine

Pierre Nicolas Colombat, pianiste franco américain, Sophie Boyer Soprano, et le quatuor Adelys présentent « Une Soirée Américaine »

Le programme de cette soirée met en lumière et célébre les influences entre les cultures musicales américaines, françaises et européennes, au travers des relations amicales, pédagogiques et d’estime entretenues par les compositeurs : Léonard Bernstein et Nadia Boulanger, Maurice Ravel et George Gershwin. D'autres compositions illustreront les connivences entre les influences européennes et américaines.

Programme

Les pièces proposées ci-dessous seront interprétées dans un ordre différent

Piano solo

  • George GERSHWIN - Rhapsody in Blue
  • Maurice RAVEL - Alborada del gracioso (extrait des Miroirs)
  • Scott JOPLIN - Wall Street Rag (ragtime)

Quatuor à cordes solo

  • Antonin DVORAK - Quatuor à cordes N.12 dit Quatuor américain

Voix et quatuor

  • Kurt WEILL - I am a stranger here myself (Extrait de la comédie musicale One touch of Venus )
  • Pablo RAMOS MONROY - Une création contemporaine sur une chanson emblématique américaine

Voix et piano

  • Harry Thacker BURLEIGH - Extraits du cycle de mélodies Five songs of Laurence Hope
  • Nadia BOULANGER - Chanson - Elle a vendu mon cœur
  • Jonathan HANNAU - Une création contemporaine sur une chanson emblématique française
  • Leonard BERNSTEIN - Air de Cunégonde ‘Glitter and be gay’ (Extrait de l’opérette Candide)
  • Claude FRANCOIS et Paul ANKA - Comme d’habitude / My way

Le jazz, les couleurs, un esprit léger : tel est le mariage culturel entre l’Amérique et la France au début du vingtième siècle. Les deux pays s’admirent alors à la fois pour leur sens de la modernité et pour leurs valeurs populaires. Broadway salue les cabarets de Paris et Paris met à l’honneur la musique noire américaine. Associant les symboles de l’art et de l’industrie, la tour Eiffel garde son élégance française lorsque la fierté de l’Empire State Building semble lui répondre de l’autre côté de l’océan.  La musique, quant à elle, trouve son chemin au croisement de ces regards pour exprimer cette époque à travers ses ambitions et ses paradoxes. Le programme de ce soir cherche à mettre en lumière et à célébrer les influences entre ces deux cultures musicales, avec les relations entretenues par certains des compositeurs choisis: Leonard Bernstein, alors élève de Nadia Boulanger, fait référence à la France en choisissant Candide comme sujet pour son opéra éponyme. En 1928, Maurice Ravel, à l’occasion de son cinquante-troisième anniversaire, à New-York, rencontre George Gershwin, âgé de 29 ans. Après une interprétation impromptue de sa Rhapsody in Blue, ce dernier lui demande s’il peut suivre son enseignement. Ravel lui répond: « il est mieux d’écrire du bon Gershwin que du mauvais Ravel ». L’admiration de Ravel pour le jazz se manifeste nettement dans les harmonies et les rythmes de l’Alborada del Gracioso. Un autre européen, Antonin Dvorak, tomba  amoureux de la ruralité américaine; en attestent les mélodies pleines de confiance et l’esprit bon vivant de son quatuor dit « américain ». Pendant son séjour aux Etats-Unis, Dvorak, en écho à Ravel, était persuadé que les américains, développant leur propre style, devaient se concentrer sur les fondations de la musique afro-américaine et éviter d’imiter de façon littérale les styles européens. Il décida d’enseigner à des élèves afro-américains comme par exemple H.T. Burleigh. Ce dernier sut intégrer des harmonies de jazz dans les formes musicales européennes comme la mélodie française ou le lied allemand. Dans la veine de cette fraternité culturelle, nous avons décidé de commander deux pièces spécialement pour ce concert auprès d’un compositeur américain et d’un compositeur résidant en France depuis vingt ans.

Pierre-Nicolas Colombat

Pierre-Nicolas Colombat (Baltimore, Maryland), pianiste américain et français, vit à Boston, Massachusetts. Il enseigne et étudie au New England Conservatory (NEC) où il termine son Master’s dans le studio de Gabriel Chodos. Il a donné des concerts et récitals dans plusieurs villes américaines ainsi qu’en France. A l’invitation du pianiste Steve Drury, il a joué dans le cadre des concerts “Prelude Series” de l’orchestre symphonique de Boston. Ces concerts lui ont permis de collaborer directement avec des compositeurs tels que Timo Andres (“Mooring”) et Julian Anderson. D’autres concerts lui ont permis de collaborer avec la guitariste Zaira Meneses en plus de ses récitals en tant que soliste. En tant que membre fondateur du collecting Quo Vadis Schubert, Pierre-Nicolas Colombat commissionne et joue des oeuvres de compositeurs contemporains. Ces concerts requièrent une participation active du public et encouragent le questionnement des oeuvres de façon à promouvoir une expression artistique plus directe et plus intime. Visant ces objectifs sous différentes formes, Pierre-Nicolas Colombat est aussi l’auteur de divers essais. Il publie des compte-rendus de performances musicales en podcasts et organise des concerts tels que ses performances à Loyola University Maryland pour explorer les liens entre la langue française et la musique française pour piano et violon au début du vingtième siècle. Avant de vivre à Boston, Pierre-Nicolas Colombat a vécu à Chicago où il a étudié à l’école de musique de De Paul University (Bachelor of Music, 2014) et travaillé comme professeur de musique pour le Merit School of Music. A Chicago il était aussi Directeur musical de la Berry Methodist Church. A Chicago, Pierre-Nicolas Colombat a gagné le Grand Prix inaugural du Kleinman Piano Competition. Il a joué dans des master classes avec Paul Lewis, Alexandre Toradze, Victor Rosenbaum et William Wolfram.

Sophie Boyer

Sophie Boyer est une soprano française, née à Saint-Etienne. Elle vit à Paris et se produit en France comme à l’étranger. Poursuivant ses études de violoncelle et de chant au Conservatoire de Saint-Etienne, à la Maîtrise de la Loire sous la direction de Jacques Berthelon et avec Isabelle Eschenbrenner et Jeanne-Marie Lévy comme tout premiers professeurs- puis au Conservatoire National Régional de Lyon, elle décide de se consacrer pleinement à l’art lyrique et intègre le Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon dans la classe de musique ancienne de M.C.Vallin. Elle s’y spécialise en musique baroque et commence à travailler sous la direction de chefs de renommée internationale tels que Hervé Niquet (Te Deum de Charpentier) et William Christie (rôle de Vénus, L’Europe Galante, Festival d’Ambronay). Sophie Boyer poursuit ses études à la Guildhall School of Music and Drama de Londres, d’où elle sort diplômée en 2007. A l’opéra, elle incarne les rôles mozartiens de la Flûte Enchantée (Pamina, La Reine de la Nuit), Don Giovanni (Zerlina, Donna Anna), Cosi fan tutte (Despina), les rôles du répertoire romantique français avec Micaëla (Carmen, Bizet), Sophie (Werther, Massenet), Manon (Manon, Massenet), ainsi que Belinda (Didon et Enée, Purcell), La Sorcière (Hänsel et Gretel, Humperdinck) et les rôles de bel canto tels que Lucia di Lammermoor (Donizetti), Gilda (Rigoletto, Verdi). Artiste versatile, elle affectionne tout autant la musique de chambre, en duo avec la pianiste Marie-Elise Boyer -elles sont finalistes du Concours International de Mélodie française de Toulouse-, la pianiste Alissa Zoubritski, l’accordéoniste Thierry Bouchet, le baryton Sydney Fierro. Sophie Boyer accorde également une grande place à la musique contemporaine et crée/interprète plusieurs œuvres de Lucien Guérinel (commande du Festival Musique au présent créé par Thierry Bouchet), de Pablo Ramos Monroy, de Elzbieta Sikora, Bruno Mantovani, Pascal Dusapin, Jean-Guy Bailly. Sophie Boyer est la porte-parole d’un spectacle original autour du tout premier opéra de Mozart, (Apollon et Hyacinthe www.apollon-et-hyacinthe.com) portée par un collectif de jeunes artistes et techniciens.

Quatuor Adélys

Formé en 2005, le Quatuor Adélys a développé sa personnalité musicale à travers un discours engagé et un renouvellement permanent du répertoire du quatuor à cordes. Constitué de quatre jeunes femmes, toutes  issues  de grands  Conservatoires  européens, le quatuor Adélys s’est formé auprès du Quatuor Debussy, de Yovan Markovitch (Quatuor Ysaÿe), et des quatuors Parisii et Ludwig. Invité de nombreux festivals (Musique  et patrimoine, Quatre Vallées en musique, les Escales Brivadoises, le Printemps des poètes, Art, culture et spiritualité, les Concerts Vinteuil, les Jeudis de Nîmes, le Festival de l'Epau, Brittany Melodies, Cordes en Ballade, les Inouïes...), le quatuor se produit également aux côtés des violonistes Vadim Tchijik et Frédéric Bardon.

Yuri KURODA, violon
Née à New York, Yuri KURODA commence ses études de violon à l’âge de cinq ans avec Satoru Arai, au “Suzuki Talent Institute” à Kyoto. A neuf ans, elle joue le Concerto de Bach avec l’Orchestre Concertino di Kyoto, et plus tard, le Concerto de Vivaldi avec Felix Ayo d“I Musici”. En 2003, elle rencontre Maître Gérard Poulet qui l’incite à travailler dans sa classe à l’Ecole Normale de Musique de Paris, où elle obtient le “Diplôme Supérieur de Concertiste” à l’unanimité. Egalement diplômée au Conservatoire National de Région de Paris avec la plus haute récompence, elle est lauréate de nombreux concours internationaux ; 1er Grand Prix “J. S. Bach”, “Prix Rodolfo Lipizer” en Italie, et plusieurs prix au Japon. Elle se perfectionne également auprès de Jean Mouillère, Roland Daugareil, Christian Ivaldi...

Depuis, elle se produit régulièrement en soliste ainsi qu’en chambriste en Allemagene, France, Italie, Pay-Bas, Swiss, Pologne, Georgie, Japon, Etats Unis, etc. et participe à de nombreux festivals : Salle Cortot, Théâtre des Champs-Elysées, Musée National du Havre, Grand Hôtel de Cabourg, festival Pablo Casals, Festival de l’Abbaye de Montivilliers, Festival Guil-Durance, Festival Luberon, Festival Vaux d’Yonne, Konen Palais, Palais Prinz Carl en Allemagne, Tokyo Opera City Hall, Kyoto Concert Hall au Japon… Elle joue notamment avec l’Orchestre Philharmonique du Japon, l’Orchestre Philharmonique de Czestochowa en Pologne, etc. En 2010 à Cabourg, elle donne en création, la Sonate dite de Vinteuil pour violon et piano par Claude Pascal, inspirée de l’œuvre de Marcel Proust. La totalité de ce concert fait l’objet d’un enregistrement “live” chez Polymnie (POL210579).

Elle joue sur un violon de A. Guarnerius (1697) aimablement mis à sa disposition par un mécène japonais.

Gersende Mondani, violon
Artiste passionnée et complète, Gersende Mondani évolue dans un univers pluriartistique. Convaincue de la complémentarité des Arts entre eux, elle est toujours à la recherche des émotions que permettent ces rencontres qui offrent une palette infinie de créations. Musicienne à l’imagination débordante, elle ose proposer des programmes atypiques sur toutes les scènes et dans de nombreux Festivals. Membre fondateur du Quatuor Adélys, son amour pour la musique de chambre l’amène aussi à se produire au sein de diverses formations. Elle aborde le répertoire symphonique en jouant avec l’Orchestre Lamoureux, l’Orchestre symphonique de l’Aube, Symphonifilm, l’Ensemble Bonsaï... Elle rejoint dès sa création, la troupe du spectacle ODINO. Directrice artistique des Escales Brivadoises et de son Académie, elle met en scène depuis 2002 une programmation unique qui n’a de cesse d’être renouvelée. Violoniste formée aux Conservatoires de Lyon et de Rueil-Malmaison, elle obtient successivement un prix de perfectionnement en violon et en musique de chambre. Elle se perfectionne auprès du chef d’orchestre Michel Podolak. Gersende reçoit également un prix de chant lyrique et complète sa formation artistique auprès de diverses troupes de théâtre. Reçue à l’Institut d’Etudes Supérieures des Arts, elle est titulaire d’une maîtrise en « Biens et services culturels ».

Marie-Noëlle Bernascon, alto
Avide d’expérience et de diversité, Marie-Noëlle Bernascon est une artiste aux multiples facettes. Passionnée de musique de chambre, elle est amenée au cours de sa carrière à se produire dans de nombreux festivals en France et à l’étranger (Brésil, Japon et Angleterre). Actuellement elle est membre des Quatuors Cosmo et Adélys. Membre fondatrice du Trio Orphée et du Quintette Improbable, elle se produit avec cette formation en France ainsi qu’en Allemagne et a enregistré deux albums. Elle s'épanouit également en travaillant avec l’Orchestre de l’Opéra de Paris, l'Orchestre Symphonique Région Centre-Tours et l'Orchestre Symphonique de l'Aube. Son activité de musicienne étant indissociable de son activité pédagogique, elle est professeur au Conservatoire de Sevran et coordinatrice d’un stage de musique de chambre dans l’Orne. Diplômée du CNSMDP de Paris en 2007 et titulaire du DE depuis 2008, Marie-Noëlle a reçu une formation solide auprès d’altistes tels que Gérard Caussé, Laurent Vernet et Jacques Borsarello.

Claire Perrotton, violoncelle A travers de nombreuses formations, Claire place la musique de chambre au centre de son activité : sonate, duo avec marimba, quatuors Cosmo et Adélys, quintettes…Elle réunit chaque année ses partenaires musiciens et chanteurs autour de son festival de la Cordée Musicale, qu’elle a créé en 2011 et dont elle assure la direction artistique. Avec l’ensemble contemporain alternatif Links, Claire se produit dans les grandes salles françaises (la Philharmonie, Arsenal de Metz, Opéra de Rouen, l’Archipel de Perpignan, Auditorium de Lyon…) pour des projets mêlant danse et musique contemporaine. Elle s’investit également dans des spectacles liant musique et théâtre et crée notamment le spectacle poétique et musical "Alphonse de Lamartine, poète engagé". Claire est agrégée du Conservatoire Royal de Bruxelles et titulaire 3ème prix du concours international Edmond Baert ainsi que du 1er prix du concours national Fely Waselle.

Réservez vos places ici.